Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

Comment gérer les personnalités difficiles au travail

admin 0

La gestion des Ressources humaines est délicate dans le sens où il faut parfois composer avec des individus aux comportements différents des autres. Parfois, il ne suffit pas de « virer » la personne marginale et de la remplacer. En effet, il revient encore plus cher de trouver de nouveaux collaborateurs et de les former.

Reconnaître une personnalité difficile au travail

Dans le milieu professionnel, la notion de personnalité difficile reste floue. Elle repose surtout sur le jugement de l’entrepreneur ou du chef d’équipe. Parfois, les employés réagissent tout simplement à un manager trop rigide. Ceci dit, les fortes têtes et les colériques sont les individus les plus difficiles à gérer dans le personnel. Les solitaires, les manipulateurs et ceux qui parlent trop donnent aussi du fil à retordre aux managers. Par moment, le chef d’entreprise doit faire face à la victime éternelle qui n’est jamais responsable.

Le dialogue permet d’aborder le problème

Face aux personnalités difficiles, le responsable des Ressources humaines doit mettre en place toute une stratégie. Le problème est souvent à gérer au cas par cas. Une personne à l’esprit trop critique peut être appelée individuellement pour un entretien. Cela évite de contaminer le reste de l’équipe. Au moment de parler avec cet individu, le chef d’entreprise doit faire preuve de psychologie. L’idée serait d’avancer une série de preuves avec laquelle la forte tête peut être persuadée dans le calme et la décontraction.

Prendre des mesures s’il le faut

De temps à autre, il faut prendre des mesures correctives. Cela commence par un rappel du règlement intérieur. Une sanction peut aussi être entreprise lors d’un refus d’exécuter un ordre ou un écart de conduite. Les erreurs et les négligences qui affectent la société ainsi que sa clientèle devraient conduire en conseil de discipline. Un avertissement peut s’en suivre. Une correction encore plus sévère peut s’appliquer si la faute est grave ou répétitive. Légalement, il faut continuer par le blâme puis la mise à pied. Dans certains cas, une affectation disciplinaire ou une mutation précède le licenciement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.